diumenge, 30 de desembre de 2007

Régine Crespin canta Fauré : "Soir", op.83 n°2



Música para antes de dormir.
Siguiendo con la Mélodie Française, por la que, ya habrán notado, siento una cierta debilidad, les sugiero esta noche esta canción de Gabriel Fauré, cantada por la gran Régine Crespin y acompañada al piano por Christian Ivaldi.
Les dejo el texto de Albert Samain:

Voici que les jardins de la nuit vont fleurir.
Les lignes, les couleurs, les sons deviennent vagues;
Vois! le dernier rayon agonise à tes bagues,
Ma soeur, entends-tu pas quelque chose mourir?

Mets sur mon front tes mains fraîches comme une eau pure,
Mets sur mes yeux tes mains douces comme des fleurs,
Et que mon âme où vit le goût secret des pleurs.
Soit comme un lys fidèle et pâle à ta ceinture!

C’est la pitié qui pose ainsi son doigt sur nous,
Et tout ce que la terre a de soupirs qui montent,
Il semble, qu’à mon coeur enivré, le racontent
Tes yeux levés au ciel, si tristes et si doux!

Buenas noches.

1 comentari:

framboisine ha dit...

bien bel hommage à Régine Crespin dont la mort fut discrète, sur la pointe du coeur, à peine évoquée. Destin ! Nous reste sa version exemplaire des Nuits d'Ete de Berlioz, et tant d'autres trésors.